Répondre à : Compte rendu vélo de route

#1367 CITER
Damien C.
Participant

    Salut,

    En venant sur le site, je vois que Squadra de tout bord et de tous horizons n’ont pas chômés.
    Qu’ils aient sillonnés Loudéac et la Bretagne, qu’ils aient posés en précurseurs le pied sur Mars, qu’ils enchainent à deux les cols de l’Oisans ou de la Maurienne, qu’ils s’amusent et se jouent des innombrables routes entre Forez et Lyonnais… Qu’ils/elles roulent durs, doux ou cool…

    Je rentre pour ma part et me remet doucement de douze jours de voyage à travers les Alpes. En autonomie et complète liberté. Reprenant en partie la trace de l’Hannibal Rider, un beau brevet fédéral organisé par l’amicale cyclo de Pavilly (http://www.acpavilly.fr/age%201.html). Je dis bien en partie car la trace proposée était absolument gargantuesque, avec pas moins de 2500km pour 40000m de D+ et 52cols… Un par semaine ? Et bien non, il fallait les faire tous en 300heures. Et certains n’étaient pas goudronnés. En faux sage j’ai mis mon forfait sur le compte de mon genou, mais la vérité est que je n’en étais pas capable !!!

    Faute avouée, l’intérêt du parcours était surtout de passer chez nous, à Saint Just-Saint Rambert puis les rives de la Loire. Je suis donc parti de Chevrières le 31juillet, sans besoin d’organiser ni logistique, ni réservations d’hôtels. Je suis parti la fleur au fusil comme on dit, me sachant capable d’enchainer des étapes de 100/110km maxi avec mon Elephantine de 38kg. Et oui, un vélo de voyage pèse vite lourd quand on emporte sa maison avec soi. Mais le problème n’est dans ce cas pas tant le poids du vélo qui est avec ses 4 sacoches réparti assez harmonieusement. Mais bien celui du bonhomme. On pourrait en quelque sorte appeler ça, le « principe de relativité »… ou bien encore, le « sens de la gravité ». Deux principes irréfutables…mais pour le coup parfaitement démontrables…

    Il me faudra un peu de temps encore pour digérer tout ce que j’ai vu durant ce voyage, pour que j’emboite et réorganise mes souvenirs rendu quelque fois vaporeux par la chaleur suffocante qui pendant des jours à frapper mon crâne fort fort heureusement bien abrité. Mais je n’ai que très rarement fait de parcours aussi complet et . Le travail du traceur a été phénoménal et j’ai circulé à petite allure d’une friandise à l’autre. Parfois excessivement sucrées mais toujours harmonieusement parfumées. Dans ce voyage solo pas une seule fois je ne me suis ennuyé. Et quand Saint Etienne fut approché, c’est un peu triste que j’ai pédalé. J’aurais bien voulu pouvoir encore et encore vagabondé ainsi, d’un camping à l’autre, d’une boulangerie à l’autre, de sommets en sommets, d’un petit miracle à l’autre, de photos en photos… D’ailleurs des photos j’en ai pris des centaines que j’ai rassemblées en petit album accessible ici : https://photos.app.goo.gl/3yj29Z6XDQSr1iPJ9

    Je sais que plusieurs ont commandés des vélos dans l’idée de voyager, ou bien ont pour projet de le faire. Je ne peux que les encourager. On peut faire 300, 400, 600bornes d’une traite et en tirer une satisfaction inouie. On peut faire aussi bien faire des petits sauts de mouches. 50km par jour, c’est déjà voyager. Seul importe au final de respecter ses envies et de se donner les moyens de les réaliser. Pratiquer en se faisant plaisir : https://drive.google.com/file/d/1jW6H1L8Y3X0z1BO7ovkQ0xexMbh41Fsi/view?usp=sharing

    Le puissant Hannibal aurait dit un jour : « Nous trouverons un chemin… ou nous en créerons un…« . Sachez que lui avait une armée et de vrais éléphants… Je préfère de loin penser que « Celui qui désire déplacer les montagnes, commence déjà par enlever les petites pierres de ses chaussures… »

    Et vous ? Reprendrez-vous bien une petite #Pinc&eD&l&phant 😉 ???

     

    Bonne vacances à toutes et tous.
    A très bientôt.
    Damien